le Blog des Étagères

le Blog des Étagères

Rendez-vous dominical à ne pas manquer !

food-and-shoot-party-header

RDV demain (dimanche) pour un brunch photographique et musical aux Terrasses St Pierre / Musée des Beaux Arts de Lyon à partir de midi !

A tout de suite !

Faut pas mal le prendre

Myrtille

C’est pas que j’ai rien à vous raconter, c’est que j’ai pas le temps de vous le raconter …
… si je veux avoir la possibilité d’aller ce soir !

J’espère avoir le loisir de vous faire un petit résumé de la soirée vendredi !

Ah quoi j’ai échappé …

… en naissant en 1979.

Dans le genre « encore une fois je n’ai pas résisté à l’appel de la toile » … me voici version yearbookyourself.com … avec de la bonne joue bien dodue et un air innocent qui en dit long <:o) !

(suite…)

Il est arrivé …

Le divine enfant !

Et c’est lui qui m’a prise en photo là … Les cheveux après une douche froide (merci les orages d’été !), le flash dans la tronche (merci de croire que le fond est plus important que moi !) et au milieu de tout mon bordel (merci le w-e passé à le chouchouter plutôt que de m’occuper de mes dossiers en attente !).

No comment, just for fun !

Le Canon PowerShot G9 à la loupe

Voilà aujourd’hui, vous assistez à la naissance du premier article vraiment sérieux sur ce blog, évidement cet article n’a pas était écrit de ma main, j’en suis bien incapable ;-) mais de celle de « papa photographe » …
Voilà je m’éclipse et je vous laisse avec lui :

Le Canon powershot G9 est LE compact haut de gamme du moment, agréable à manipuler grâce aux matériaux utilisés et à son poids, rapide à démarrer et réactif à la prise de vue, donnant de très bons résultats mais à mon goût trop garni en gadgets divers et variés qui ne servent en fait que d’arguments de vente (plus y en a, meilleur c’est !) voir « four micro-onde ». Sa taille et son poids permettent de le glisser dans une poche de jean mais il est interdit de s’asseoir (même avec jean’s bien large !) mais par rapport à un » bridge » ou à un « reflex » quel confort.

Les 12 méga pixels ont un avantage énorme pour le recadrage.
L’exposition même dans des conditions difficiles s’avère très bonne.
L’écran est agréable même au soleil.
L’autofocus utilisé dans des conditions normales fonctionne très bien, mais en macro la majorité des photos bonnes pour la poubelle le sont à cause du déplacement de la zone choisie pour la mise au point (très peu de profondeur de champ en basse lumière, déplacement des insectes ou vent pour les plantes ), ici avantage au reflex pour la mise au point manuelle et suivi plus facile du sujet.
Le mode raw+jpeg est très utile dans le cas de prise de vue difficile : par exemple grosses différences d’exposition ou sources lumineuses avec différentes températures de couleur dans une même image, car le mode raw permet des choix de correction sur le fichier brut de prise de vue et en plus vous permet de sauvegarder votre image corrigée dans un large choix de formats.

Le logiciel de traitement des raw canon livré sur le cd-rom est vraiment minimaliste, il faudra plutôt voir avec APERTURE ou LIGHT ROOM pour fignoler vraiment vos photos.
En automatique le format .jpeg est le seul accessible et les photos sont vraiment très bonnes, pour ceux qui connaissent je ne me sert que des corrections basiques d’APERCU (sur MAC). Par exemple : quelques points de netteté en macro en basse lumière et un peu d’augmentation de contraste pour séparer le sujet du fond.
Je trouve la température de couleur du flash un peu trop chaude (mais les goûts et les couleurs…), à propos du flash en macro prévoyez une petite feuille de papier blanc pour faire réflecteur car l’objectif fait une ombre gigantesque sur la photo (ou un deuxième flash asservi … oui oui c’est possible !).

Un petit piège :
L’appareil fixé sur un mini pied très stable, le tout posé sur un mur en béton, temps de pose d’une dizaine de secondes, déclencheur avec retardateur de 2 secondes : j’obtenais des photos de nuit avec un superbe effet de bougé très mathématique et régulier mais indésirable et donc malvenu ! (voir photo ci-dessus), après beaucoup d’essais et de réflexion je me suis aperçu qu’en neutralisant le système anti bougé je n’avais plus de bougé : c’est pas merveilleux l’électronique ?

Plusieurs fois, en voulant appuyer sur le déclencheur pour réactiver le mode prise de vue à partir du mode « visualisation contenu carte » j’ai éteint l’appareil car les 2 boutons sont l’un à côté de l’autre et la sauterelle a eu le temps de filé …

Pour ceux qui, comme moi, n’apprécient pas de se balader avec leur G9 autour du cou voici un nouvel accessoire ( voir photo ci-dessous) mais il n’est livrable que par paire ! Marqué pour l’un CANON et pour l’autre POWERSHOT G9 et ne se trouve qu’au rayon mercerie de votre supermarché préféré (juste pour voir combien y en a qui suivent ?) !

Bon puisque vous avez l’air d’être à fond, je continue :

Autonomie batterie d’environ 200- 250 vues avec un peu de flash, un peu de vidéo et utilisation de l’écran de contrôle, en prévoir une deuxième car en numérique nous perdons rapidement la notion d’économie liée à l’argentique vu le coût du développement et du tirage.
Si vous comptez faire un peu de vidéo ou vos photos en raw + jpeg haute définition prenez une carte SD un peu large 2Go ou 4Go et en catégorie 6 (grande vitesse) !
Le G9 est aussi un magnétophone avec plein de qualités et oui … ;-) 

LES PLUS :

Qualités optiques
Précision mesure lumière
Écran
Énormes possibilités créatives (si l’on a l’envie de lire le mode d’emploi au moment de la prise de vue ceux qui ont une mémoire d’éléphant pour ce genre de choses ont bien de la chance : 270 pages pour l’appareil + 40 pages pour le logiciel)
Télécommande à partir de l’ordinateur (la fenêtre pourrait être plus grande !) c’est génial pour les autoportraits.

LES MOINS :

Viseur optique nul !!! mais en fait même venant d’un reflex argentique je m’en passe très bien.
Pour les utilisateurs MAC l’ergonomie des menus est très dure à digérer ;-) (les autres ont l’air satisfaits, ils ont l’habitude !)
De multiples fonctions “gadget” pas vraiment utiles et plutôt encombrantes
L’objectif ne ferme pas assez (profondeur de champ)
Pas assez de mémorisation de réglages personnels
Les logiciels CANON qui s’ouvrent « en cascade » et n’ont aucune souplesse : c’est eux qui choisissent et vous qui obéissez. Par exemple : une fois installé impossible de passer par le transfert d’images natif de l’ordinateur !

LE FUTUR ?

Un élargissement de gamme avec un nouveau modèle orienté vraiment PRO
Capteur de plus grande taille (24×36 ? aïe le porte monnaie)
Accès plus direct aux fonctions réellement utiles : diaphragme / vitesse / mise au point / testeur profondeur de champ 
Simplicité et rapidité d’utilisation, épuration des menus
Véritable grand angle
Ouverture plus grande mais aussi plus petite et surtout linéaire sur toute la plage des focales 
Wifi au lieu d’usb

EN BREF MONSIEUR CANON FAIS MOI LE MÊME MAIS BEAUCOUP PLUS SIMPLE …..S’IL TE PLAIT !!!

AH! L’OLYMPUS OM1 !!!!  (pour ceux qui étaient nés à cette époque) ;-)

>>> Fin

 

 

Bonne digestion ;-) 

Croquée

Crédit image : Iss’

 

Me voilà de retour, bien vivante, après mon périple « panaméen » du verbe « panaméer » c.a.d. marcher, marcher et encore marcher dans les rues de la capitale … 

Mais je n’ai pas fait que marcher, je me suis aussi fait croquer lors d’une petite séance de pose pour notre cher Iss’N’Kor et son crayon toujours aussi bien affûté ! Mais qu’est-ce que je ferais pas pour un petit quart d’heure de gloire, j’en ai encore des fourmis dans les jambes ;-) !!! Et si vous cliquez sur l’image, vous pourrez même apercevoir Rachel, mon hôtesse Parisienne !

Pour l’instant, je croule sous la paperasse (d’une seule semaine portant) et sous les lessives (idem !), alors un peu de patience avant de découvrir des images digne de la famille Adams ou des images de spiritisme à l’air du numérique ou encore des images de ma virée shopping envoyé spécial à la Défense … 

Suite aux nombreux prochaines épisodes !

Et n’oubliez pas que Samedi c’est Pique-Nique party !!!

En 1979 …

… Il devait faire moins froid !

Le scanner pour les nuls !

auto-portrait au scanner
Voilà comment j’ai apprivoisé le mien en 1999 !!!

… ou comment s’autoportraitiser d’une façon décalée et sans photoshop !!!

Alors il vous faut un bon scanner, car et bien oui tous les scanners ne vous permettrons pas de réaliser cette recette … Petite explication : Il vous faut un scanner qui ait une bonne profondeur de champ (oui comme en photo), testez le votre et vous verrez tout de suite le résultat, si les seules parties nettes sont celles qui touchent la vitre … vous n’avez pas le bon scanner pour pratiquer l’expérience que je vais vous décrire ! Dommage !!!

Alors, déjà, on nettoie la vitre !!! Hein, les gros dégeulasses ?
Ensuite, on choisit la résolution que l’on veut utiliser pour son auto-portrait (NON pas pour savoir si vous serez plus beau en HD), car plus on choisit une résolution élevée plus le scanner va faire de pauses pendant le transfert des données. Dans l’exemple ci-dessus, il a fait jusqu’à 11 arrêts.
Enfin, vous collez votre joli minois sur la vitre (vous pouvez utiliser vos mains, et ne pas coller votre petit nez directement, ça aura moins l’air d’une blague de potache !), et à chaque ‘stop’ du scann, déplacez-vous légèrement …

Aller à vous, j’attends vos œuvres !